Africa Libré

L'autre actualité africaine

Tue10222019

Last update06:17:28 AM GMT

Back Home

MICHAEL JACKSON

  • PDF
MICHAEL JACKSON
  • Précédent
  • 1 of 3
  • Suivant

Une figure messianique à laquelle notre monde petitement monde a interdit de dépasser la Barrière des "races" et de la Fantaisie. Mais le Génie pur a-t-il une couleur ? Son rêve n'est-il pas de faire progresser l'idée de fraternité humaine et d'intelligence en débordant toutes formes de limites ? Souvent incompris, le Génie est une fulgurance qui illumine le Monde de la puissance de son Art solaire. Sa mort témoigne de la sottise d'un monde supposé avoir imaginé une nouvelle forme de solidarité humaine et qui est demeuré fermé à la véritable universalité...

Né Noir, Jackson a décidé par humour de devenir physiquement "autre", et de se maintenir dans la vision géniale d'un artiste surdoué débordant d'imagination, qui a dansé à la manière des marcheurs de la Lune, et a inventé la danse lunatique "Moon walker", il s'est revêtu d'une critique assassine à l'égard du gigantisme de la société industrielle américaine, avec ses Gratte-ciel, de là il a tiré un autre style : la robotique", qui énonce la critique de l'uniformisation stupide, laquelle conduit à la mêmeté, à l'improduction d'une altérité radicale. Aussi Jackson a-t-il jeté de son Génie dans ce monde robotisé en créant la Danse de la robotique, pour introduire du rythme et de l'inventivité au coeur d'une topique devenue immobiliste, dominatrice et mortifère...

 

Un autre geste de Génie a été de produire quelques énoncés forts souvent demeurés incompris par la petite sphère de Jacksoniens vulgarisateurs : Nous sommes le Monde, et ne devons raisonner - résonner qu'à l'aune du monde entier (We are the word), nous sommes tous à l'origine Kémite, et ne deveons jamais l'oublier (Remember the Time), puis ce message écologique fulgurant resté assez peu entendu...

Sans omettre la métaphore génésiaque de son oeuvre où il se définit lui-même comme un Monstre hyper-puissant, explosant de véridiction...

Tantôt la sveltesse du chat comme à Kémita, tantôt la martialité de la panthère, tantôt l'audace du Méphistophélès, tantôt le mystère de l'enfance éternelle, à travers une voix de Daman...

Puis le Message politique de sa Musique, l’auto-dépassement permanent de soi et du Génie, en vue de se maintenir au sommet de la Montagne vertigineuse, celle des Zarathoustra, celle des Bâtisseurs, des Créateurs inspirés, celle des Avant-gardistes. Jackson se tient devant une glace, et fait dérouler la perfection de sa gestique gnostique, sa mimique, son pas géométrique, pantomime des pantomimes. Il y met de l"ironie, de l'humour, de l'Esprit. Sa double mort vient d'abord de l’imbécillité d'un monde qui se prend encore à être raciste à l'égard de son Génie qui a créé une poétique musicale post-raciale, et le topos du post-racisme. Mais demeuré incompris, sa société à continué à opposer à l'apôtre du post-racisme et du post-ostracisme le racisme et le sectarisme invétérés du Capital et de ses vieux Démons d'Occident. Puis de la pression de ce même Capital qui entendait le dépouiller de ses Acquis colossaux. Le petitesse d'une civilisation se mesure à la petitesse avec laquelle elle traite ses Esprits les plus lumineux. Pauvre Amérique... Pauvre Occident... Sans Muse ni Esprit, le Monde se meurt, Et Orphée quitte la contre-civilisation du Capital sans règle ni loi...

 

Grégoire Biyogo