Africa Libré

L'autre actualité africaine

Mon07232018

Last update06:17:28 AM GMT

Back Home

L'africanité, un discours qui cache quelquefois la misère

  • PDF

J'entends ça et là des Africains vivant en Afrique dire aux noirs de la diaspora : " rentrez chez vous, développer l'Afrique " mais encore : " Un vrai Africain est noir de peau !" ou encore : " Sa femme est blanche donc il n'est pas un vrai Africain " !

Que de conneries ! On peut vivre en Afrique, être noir comme minuit, n'être pas métis du tout et être un véritable fossoyeur de l'Afrique ! On peut être aussi noir que minuit et être un prédateur impérialiste ! On peut-être en Occident et apporter plus d'aide à l'Afrique, à son développement que ceux qui vivent sur le continent. A combien se chiffrent les sommes envoyées par les noirs de la diaspora aux frères et cousins restés en Afrique ? Des millions, des milliards ! Avec cet argent, les Africains se soignent, se scolarisent, se nourrissent ! Et comme aide au développement, ce n'est pas rien !

L'identité spirituelle est sans doute plus importante que l'identité dite raciale ; La famille de pensée prime sur la famille consanguine. Quand on critique l'occident, ce n'est pas "la race blanche" qu'on critique, mais les prédateurs qui y ont élu leur domicile principal... Quand on critique l'Occident, ce n'est pas une couleur qu'on critique même si les blancs y sont plus nombreux, d'ailleurs qui nous dit qu'ils y seront plus nombreux dans mille ans ? Personne.

Peut-être que l'Afrique sera Chinoise dans mille ans ? Peut-être bien que l'Occident sera Africain et l'Asie Européenne ? La transhumance fait partie intégrante de l'histoire de l'humanité, sans elle pas de progrès possible. Ceux qui soutiennent la vision totalement négroïde des choses, sont tout aussi intégristes que les intégristes musulmans ou blancs qu'ils critiquent.

Les intégrismes se valent ; on peut défendre une vision prospère de l'Afrique, on peut défendre l'Afrique, l'aimer en étant blanc, jaune, noir, métis et que sais-je encore ! Le tout, c'est de réajuster sa pensée ; c'est d'arrêter de croire que parce que blanc on détient la vérité, que parce que issu d'une société dite plus développée les autres doivent se coucher devant soi. Comme ceux qui nous disent qu'ils vont développer l'Afrique à la place des Africains ! Finalement, je milite pour l'égalité entre les peuples, pas cette égalité proclamative dont sont experts les politiques de tout ordre, mais l'égalité réelle, le respect de l'autre, ce qui est loin d'être le cas de l'Occident à l'endroit d'autres civilisations. Ce qui serait important et qui réglerait les problèmes, serait d'être à l'écoute les uns des autres....

Ce que je reproche surtout à l'Occident, c'est de ne jamais être à l'écoute de l'autre, c'est d'être suprémaciste... Je reproche la même chose aux noirs suprémacistes

Calixthe Beyala