Africa Libré

L'autre actualité africaine

Wed06282017

Last update06:17:28 AM GMT

Back Culture Cameroun

Culture

Asu Zoa : Dieudonné au sommet de son art

  • PDF

A la suite de l’interdiction de son spectacle le Mur, Dieudonné jette l’éponge. Il abandonne la polémique, ne parlera plus des sujets sensibles. Il l’avoue dans une conférence de presse qui ne laisse aucun doute : il capitule et accepte de se cantonner désormais au rôle de bouffon qui sied à son état : habillé en roi nègre sur fond de faune africaine, il tourne la page.

Le Mur est mort, vive le Mur !

Lire la suite...

Pourquoi j'irai voir Le Crocodile du Botswanga

  • PDF

On ne cesse de reprocher aux comédies françaises leur manque de substance et leur absence de vision à long terme. C’est donc avec un plaisir non dissimulé qu’on accueille Le Crocodile du Botswanga, une comédie bien enlevée qui parvient à renouer avec l’humour grinçant et corrosif de Fatal. Avec Case départ, le trio Steketee-Eboué-Ngijol s’était un peu pris les pieds dans le plat en empilant les clichés sur l’esclavage des noirs et les gags lourdingues à l’humour douteux.

Si Le Crocodile du Botswanga n’est pas exempt de ce type de problèmes et reste trop prisonnier de son aspect « populeux » (le gentil et naïf joueur de foot est une identification toute trouvée), le film a le mérite de ne pas se vautrer dans ses excès, évite toute mièvrerie sentimentale, et surtout tente de poser un regard qui se veut critique sur une certaine frange de l’Afrique contemporaine.

Lire la suite...

FRANCE- CAMEROUN: A LA DÉCOUVERTE DE BELKA TOBIS UN CHANTEUR DE CHARME ET À POLÉMIQUE

  • PDF

Belka Tobis Notre Crooner est  à la fois auteur, compositeur et interprète, il a grandi à Douala au quartier CITÉ-SIC où le public l’a connu entrain de chanter partout où on voulait bien lui accorder un peu de patience pour l’écouter, surfant entre divers rythmes folkloriques africains et les slows,

Lire la suite...

Pascale Marthine Tayou, l’art après rasage

  • PDF

Pascale Marthine Tayou est un artiste plasticien camerounais, né à Consamba, vivant aujourd’hui à Gand en Belgique. Il fait partie de ces rares artistes africains qui bénéficient d’une reconnaissance internationale. Une première série d’œuvres consacrées au sida l’ont fait connaître en 1994. Depuis, il a abordé d’autres thèmes contemporains, tels que la ruralité ou la mondialisation. Actuellement, il représente sa vie nomade dans une exposition intitulée Always All Ways (tous les chemins mènent à…) au MAC à Lyon et jusqu’au 9 juillet 2011, il propose à la maison de la Revue Noire à Paris une œuvre inédite. Il s’agit d’une installation composée de piles de livres et magazines de la Revue Noire empalés sur dix axes d'acier. Entretien.

Lire la suite...

Visions of Kamerun

  • PDF

Franck BiyongLa lutte en musique

Les années soixante et soixante-dix africaines résonnent de cris, dans la littérature, le théâtre, la danse, la musique, ou encore les forêts où se cachent les hommes en lutte. C’est le temps des guerres d’indépendances, des protestations contre l’asservissement du noir et de l’éveil d’une conscience panafricaine. Dans cette Afrique révoltée où artistes et intellectuels invoquent un nouvel Homme, fier d’être africain, la musique qui parle au cœur de tous est l’arme fédératrice. C’est conscient de cela que Fela Anikulapo Kuti créa avec la complicité de Tony Allen l’afro beat, dans le milieu des années soixante. En agrémentant jazz, rythm’n’blues, highlife et musique Yoruba, aux chants en pidgin, il est parvenu à créer une musique urbaine africaine, propre à sensibiliser toutes les oreilles.

Lire la suite...

Danses urbaines africaines: "ça donne le palu."

  • PDF

L’espoir est dans la danse

« Que l’Afrique de demain se garde cependant de perdre le secret de ses danses et de ses chants ! Qu’elle sache encore danser, ce qui pour elle signifie qu’elle sache vivre, mille ans durant sa vie n’ayant été qu’une seule et même danse aux innombrables figures, véritable danse de vie qui constitue aujourd’hui son message[1] ! »

Lire la suite...

Le JUJU du collectif "WÊKÊ!"

  • PDF

Masque et horloge © Collectif Le collectif « Wêkê ! » c’est deux jeunes femmes : Delphine Klos et Oloo Bwemba, à l’origine des Métamorphoses de JUJU. L’une est française et l’autre camerounaise, à travers leurs images elles interrogent leurs histoires coloniales.

« Nos photographies qui mettent en scène une femme noire, toujours flanquée de la mort symbolisée par le masque, le crâne, ou la statuette, sont une réflexion sur les victimes de la domination culturelle occidentale. Dans Les Métamorphoses de JUJU, il s’agit de « l’Art nègre » et l’Homme noir ».

Lire la suite...

Les Métamorphoses de Juju - Projet photo du collectif « WÊKÊ ! »

  • PDF

Les Métamorphoses de Juju - © Delphine KlosDans l’actuel Cameroun, situé entre l’Afrique centrale et occidentale, la grande réminiscence des cultes anciens reste pour tous le JUJU (prononcé djoudjou). Les enfants de toutes les ethnies grandissent dans la tradition de la peur  du terrifiant JUJU.

Lire la suite...