Africa Libré

L'autre actualité africaine

Sun10222017

Last update06:17:28 AM GMT

Back Economie Côte d'Ivoire

Economie

Quand des soldats français Braquent la BECEAO à Bouake et emportent prés de 300 milliards

  • PDF

Le mercredi 24 septembre 2003, l’agence de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) à Bouaké, alors fief de l’ex-rébellion armée de Soro Guillaume, a été attaquée. Trois jours de braquages au cours desquels, tous les coffres de la banque ont été ouverts et entièrement vidés de leur contenu.

Un mois plus tard, le 28 octobre 2003 et à 24 heures d’intervalle, les agences de la même Banque centrale à Man et à Korhogo, étaient attaquées. Ces deux agences ont également été entièrement vidées de leur contenu. La Banque centrale, à l’époque gouvernée par Charles Konan Banny, on ne sait trop pourquoi, n’a jamais fait de déclarations sur les montants qui ont été dérobés dans ces trois agences.

Sauf qu’aujourd’hui, on en sait un peu plus sur les montants qui ont été emportés. Selon des informations confidentielles obtenues auprès d’anciens cadres de la BCEAO, «une évaluation complète du préjudice causé à la Banque centrale a été faite. Les montants dérobés dans les trois agences s’élèvent à plusieurs centaines de milliards de FCFA. Cet argent a d’abord été placé en grande partie au Burkina Faso, base arrière de l’ex-rébellion, avant d’être convoyé au Sénégal en avion.

Pour les autorités françaises citées par Libération,parmi les braqueurs , quatre soldats du 126e régiment d’infanterie de Brive-la-Gaillarde  «Ils ont disjoncté. C’étaient des garçons bien notés, dont deux tireurs d’élite».

Pendant ce temps à Abidjan, on parle de douze soldats français.

Paris reconnait avoir récupéré 38 millions de fcfa qu’elle aurait remis aux autorités de la BECEAO.

Burkina / Côte d'ivoire : China Nationa Petroleum Corporate joue sa partition sur le pipeline

  • PDF

Les Chinois tentent de s’imposer dans la construction et le financement du réseau d’oléoducs qui transportera l’essence jusqu’au Burkina Faso.

Le tronçon de l’oléoduc entre Abidjan et Bouaké était à peine inauguré le 19 juillet par Alassane Ouattara et son ministre du pétrole Adama Toungara que les appétits s’exprimaient déjà pour la deuxième partie du tronçon qui devrait aller jusqu’à Ferkessédougou (frontière avec le Burkina Faso). Cette portion pourrait être prolongée jusqu’au Burkina Faso par Bobo-Dioulasso et Ouagadougou.

Lire la suite...

Un gouvernement au service des entreprises françaises en Afrique

  • PDF

Loin de remettre en cause l’héritage d’un demi-siècle d’ingérence économique en Afrique, le gouvernement multiplie les gestes et déclarations d’allégeance aux entrepreneurs français, se montrant plus soucieux de contenir la concurrence internationale dans « leur » pré-carré que de s’attaquer à ce pan de la Françafrique.

Le 4 octobre, le ministère de l’économie et des finances célébrait en grande pompe le quarantième anniversaire des accords de coopération monétaire du franc CFA et du franc comorien, en présence, entre autres, des ministres des Finances des pays concernés et des gouverneurs des Banques centrales des trois zones monétaires (Afrique de l’Ouest, Afrique centrale, Comores).

Lire la suite...

BAD: Une feuille de route pour retourner en Côte d'Ivoire

  • PDF

Le président de la Banque africaine de développement (BAD) a été chargé d'élaborer une feuille de route pour le retour de l'institution à son siège statutaire en Côte d'Ivoire qu'elle avait dû quitter en 2003 pour la Tunisie en raison de la guerre civile dans ce pays.

Selon un communiqué publié samedi par la BAD, cette feuille de route qui sera élaborée de concert entre le conseil d'administration, le président de la BAD et les autorités ivoiriennes, sera soumise à la réunion du Comité consultatif des gouverneurs (CCG) prévue en octobre prochain à Tokyo, au Japon.

Selon le communiqué, la feuille de route devrait prévoir un retour ordonné et progressif, en prenant en considération la stabilité de l'institution et le bien-être des membres du personnel, les implications financières du retour ainsi que les risques et les mesures visant à atténuer ces risques.

Les assemblées annuelles de la BAD se sont achevées vendredi à Arusha , en Tanzanie, sur une note optimiste selon laquelle, l'Afrique sortira du nouveau paysage incertain si le continent continue à mettre en œuvre des réformes et à maintenir la prudence budgétaire qui a vu des pays de la région afficher une croissance impressionnante en dépit de la crise financière mondiale.

Organisé autour du thème, "l'Afrique et le nouveau paysage mondial: Défis et Opportunités", l'événement a vu l'adoption des principales décisions et initiatives visant à renforcer les opérations futures de la Banque.

Selon le communiqué, les gouverneurs ont approuvé le rapport annuel du Groupe de la Banque et les états financiers pour l'exercice clos le 31 Décembre 2011.

La session a également désigné les vérificateurs externes de l'institution pour 2012-2016 et a adopté formellement la demande du Soudan du Sud à rejoindre le Groupe de la Banque.

Ces décisions ont été précédées par une série de séminaires de haut niveau sur la gouvernance, le renforcement des opérations du secteur privé, l'intégration régionale, l'aide pour le commerce et les réformes, ainsi que par un certain nombre d'initiatives.

Par ailleurs, les actionnaires et les gouverneurs ont terminé leurs délibérations en félicitant la Banque pour ses efforts destinés à répondre aux besoins divers de ses pays membres régionaux.

La secrétaire générale et vice-présidente, Mme Cecilia Akintomide, lors d'une conférence de presse de clôture, a affirmé qu'un important travail doit être abattu dans les jours à venir même si les priorités de la Banque restent les mêmes.

"Nous allons étudier des façons plus innovantes de faire en nous assurant que les ressources soient disponibles pour nos programmes et en particulier pour le secteur agricole. Avec le lancement de sa stratégie à long terme prévu pour l'année prochaine, l'aide aux agriculteurs leur permettant de transformer leurs produits continuera à être une priorité "a déclaré Mme Akintomide.

Les gouverneurs ont approuvé la tenue des assemblées annuelles 2013 à Marrakech, au Maroc.

Source: Pana

Côte d’Ivoire : un gâteau à 2 milliards d’euros

  • PDF

Comment la France va céder une partie de la dette ivoirienne aux patrons français.

Les chiffres des promesses d’aide au développement à la Côte d’I­voire donnent le tournis. Dès la mise à l’écart de Gbagbo, la Commission européenne annonçait 180 millions d’euros d’aide pour rétablir le pays et le gouvernement français mettait 400 millions sur la table. Cette dernière enveloppe comprend trois parties : les salaires de mars et avril des fonctionnaires ivoiriens, le règlement d’une grosse facture d’eau et d’électricité à Bouygues et l’apurement des arriérés de la Côte d’Ivoire auprès de la Banque africaine de développement et de la Banque mondiale. Un coup de pouce qui devrait aider le pays à atteindre, d’ici à un an, le point d’achèvement de l’initiative Pays pauvres très endettés (PPTE).

Lire la suite...

Alassane Ouattara et le business du Cacao au prix du sang des Ivoiriens

  • PDF

RFI, le média colonial ,spécialiste de la désinformation, annonce la brève suivante de Jean-Pierre Boris :

"Depuis la fin du mois de janvier dernier, la Côte d’Ivoire a cessé d’exporter son cacao. Un stock d’environ 450 000 tonnes de fèves est bloqué dans le pays. Cela n’a pas encore de conséquences importantes pour l’industrie mondiale du chocolat. Mais quelle est l’attitude des autres producteurs de cacao ?"

Lire la suite...