Africa Libré

L'autre actualité africaine

Tue05232017

Last update06:17:28 AM GMT

Back Economie Mozambique

Economie

La BADEA procède à la revue de sa coopération avec le Mozambique

  • PDF

Le directeur général de la Banque arabe pour le Développement économique en Afrique (BADEA), Abdelaziz KHELEF, est arrivé ce dimanche à Maputo (Mozambique), à la tête d'une délégation de la Banque, dans le cadre d’une tournée sous-régionale de six jours qui devra le conduire également au Malawi.

Les entretiens du directeur général de la BADEA avec les hauts responsables du Mozambique porteront sur la revue de l’état actuel de la coopération entre le Mozambique et la Banque marquée par l’aide de la BADEA en faveur de la République du Mozambique dont le montant a atteint 228,815 millions de dollars US pour le financement de 45 opérations.

Les interventions de la Banque en Afrique couvrent 43 pays et certaines organisations régionales, couvrant, au niveau sectoriel, les projets relevant des secteurs des infrastructures, de l’agriculture, du développement rural, de l’énergie, de l’industrie et du social, ainsi que les opérations d’assistance technique allouées sous forme de dons non remboursables.

Par ailleurs, le montant total cumulé des financements approuvés par la Banque depuis 1975 à fin mars 2012 en faveur des pays africains bénéficiaires, a atteint le montant de 4.226,982 millions $ US.

Ces financements ont permis de mettre en oeuvre 533 projets, 514 opérations d’assistance technique, d'octroyer 37 prêts au secteur privé et 14 opérations d’aide d’urgence au profit de certains pays touchés par la sécheresse et la désertification.

La politique de la BADEA, en matière de sélection et choix des projets à financer, consiste à opter pour ceux qui permettent d’améliorer les conditions de vie des populations, de réduire la pauvreté, en particulier en milieu rural et à soutenir la participation de la femme au développement et, cela, en rapport avec les priorités des gouvernements.

La BADEA s'intéresse aussi aux projets liés à la protection de l’environnement et à la lutte contre la désertification.

Afin de tenir compte de la situation économique difficile des pays africains bénéficiaires de son aide, la BADEA a amélioré substantiellement les conditions de ses prêts.

Source: Pana