Africa Libré

L'autre actualité africaine

Wed11222017

Last update06:17:28 AM GMT

Back Economie

Economie

Diaspora africaine, c’est chez vous que ça se passe !

  • PDF

Cette semaine dans Les Afriques, Guy Gweth, fondateur de Knowdys, appelle la diaspora africaine à investir au pays : « c’est chez-vous que ça se passe. Ailleurs, c’est la crise », dit-il. D’après la branche intelligence économique de Knowdys, « les investisseurs du monde entier ont les yeux rivés sur la croissance africaine, sauf les Africains eux-mêmes…» Il faut se réveiller!

Extraits :

« Opérant dans des milieux d’affaires européens ou américains plus transparents où l’asymétrie d’information est relative, les entrepreneurs africains de la diaspora estiment à juste titre que les risques, les obstacles, les coûts de transaction et la longueur des procédures, sont trop importants pour investir dans leur pays d’origine.

Lire la suite...

54,1 millions de dollars américains de la BADEA à six pays africains

  • PDF

La Banque arabe pour le développement économique de l'Afrique (BADEA) a octroyé des crédits d'un montant total de 54,1 millions de dollars américains à six pays africains, en marge des assemblées annuelles du Groupe de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international, tenues à Tokyo du 09 au 14 octobre 2012.

Les pays bénéficiaires de ces crédits sont le Togo, le Ghana, la Guinée, le Kenya, le Niger et l’Ouganda.

Le Togo s'est vu octroyer neuf millions de dollars pour contribuer au financement du projet de développement rural dans la zone la Plaine de "Djagblé".

Selon un communiqué de la BADEA, ce projet a pour objectif principal la contribution à l’autosuffisance alimentaire du pays et la lutte contre la pauvreté.

Lire la suite...

L'économie du Ghana a connu une croissance de 14,4 pour cent en 2011

  • PDF

L'économie du Ghana a connu une croissance de 14,4 pour cent en 2011 grâce principalement au cacao, aux secteurs minier et pétrolier, a déclaré lundi à Accra l'Institut national de la recherche économique, sociale et statistique (Institute of Statistical Social and Economic Research, ISSER).

Malgré cette situation encourageante, la croissance ne se reflète pas effectivement dans des domaines de croissance économique, comme la création d'emplois et la création de richesse, qui préoccupent le citoyen comme l'amélioration du niveau de vie et la réduction du coût de la vie, a affirmé lors d'une conférence de presse le Pr Félix Asante, directeur adjoint du ISSER.

Lire la suite...

200 millions de dollars du Fonds monétaire arabe pour appuyer la balance des paiements au Maroc

  • PDF

Le Fonds monétaire arabe (FMA) a accordé au Maroc un prêt d'un montant total de 200 millions de dollars américains pour appuyer la balance des paiements, à soutenir le commerce extérieur du royaume chérifien avec les pays arabes et à accompagner ses stratégies macro-économiques, selon deux conventions de financement signées lundi à Rabat.

La première convention porte sur un prêt de 120 millions de dollars américains pour appuyer la balance des paiements et la seconde concerne une ligne de garantie de 80 millions de dollars pour financer le commerce extérieur avec les pays arabes.


"Le Fonds monétaire arabe est venu appuyer et accompagner la stratégie gouvernementale visant tout d’abord à contenir le déficit de la balance des paiements et à renforcer le niveau des réserves de changes, tout en accompagnant la compétitivité de nos exportations vers les pays arabes", a expliqué le ministre marocain de l'Economie et des Finances, Nizar Baraka, à l'issue de la signature des conventions avec le directeur général du FMA, Jassem El Manaï.

Institution intergouvernementale établie par la Ligue arabe en 1976, le FMA a notamment pour tâche d'aider ses membres à remédier aux principaux déséquilibres (budget, balance des paiements) et de stabiliser leurs taux de change.

La situation financière extérieure nette du Maroc se dégrade depuis fin 2010.

A la fin de l'année 2011, la position extérieure nette du pays était déficitaire de 426,9 milliards de DH, soit 50 milliards de dollar américains, contre 390,7 milliards en 2010 et 310,6 milliards en 2009.

 

L'Egypte manque de réserves en devises

  • PDF

L’Egypte frappe à toutes les portes y compris celle du Fonds Monétaire International (FMI) pour renflouer les caisses de l’Etat mises à vides par les événements ayant accompagné la chute de  l’ancien régime de Hosni Moubarak. Après avoir obtenu tout récemment du FMI, un prêt de 4,8 milliards de dollars auquel,

Le Caire a reçu une promesse d’aide la Turquie portant sur un montant de 2 milliards de dollars devant permettre à la Banque Centrale égyptienne (BCE) de renforcer ses réserves en devises étrangères et le financement de projets d'infrastructures.
Un accord dans ce sens, a précisé samedi le ministre égyptien des Finances, Momtaz Saeid, a été conclu entre les deux pays, lors d'une récente visite d’une délégation officielle égyptienne à Istanbul.

Lire la suite...

La Berd lance ses premiers investissements dans les pays "du Printemps arabe"

  • PDF

La Berd, qui s'était dotée en mai d'un fonds spécial d'un milliard d'euros pour étendre ses opérations à quatre démocraties arabes émergentes - Egypte, Tunisie, Maroc et Jordanie -, a annoncé mardi le lancement de ses premiers investissements dans ces pays.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) a lancé ses premiers investissements dans les démocraties arabes émergents, une étape importante dans sa réponse à la vague de changements politiques et économiques en Afrique du nord et au Moyen-Orient, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Lire la suite...

La coopération monétaire franco-africaine Réformer la zone franc ? Entre le néo-colonialisme et la balkanisation

  • PDF

Le voyage d’un président, le discours d’un autre président, ont conduit ces dernières semaines la presse et une partie de l’opinion à s’intéresser quelque peu au sort de la zone franc. Le problème n’est pourtant pas nouveau. Depuis plusieurs années, le fonctionnement de la zone est mis en cause, en particulier par les milieux d’opposition dans les pays africains. Il entre dans ces critiques beaucoup de dogmatisme et de jugement a priori ; des chiffres sont offerts en pâture, dont l’interprétation objective est souvent très difficile. C’est que le problème de la zone franc n’est pas simplement monétaire, il est aussi la manifestation de certains choix politiques. Les critiques présentées reposent bien souvent sur une volonté de remise en cause systématique de l’ensemble des relations franco-africaines, tandis que chez d’autres la critique du fonctionnement de la zone est un moyen de rejeter sur l’extérieur la responsabilité des échecs de la politique économique locale.

Par Marc Penouil (Le monde diplomatique janvier 1973)

Lire la suite...

La CEMAC adopte des décisions majeures après son sommet de Brazzaville

  • PDF

Le onzième sommet des pays membres de la Communauté économique et monétaire d'Afrique centrale (CEMAC) a pris fin mercredi à Brazzaville sur l'adoption de décisions majeures susceptibles d'impulser enfin le décollage effectif de l'organisation, a constaté la PANA.

Selon le communiqué publié à l'issue de la rencontre, le Congo a été désigné pour présider la Commission de la CEMAC, qui était jusque-là dirigée par le Camerounais Antoine Nsimi, cité dans des scandales financiers et interdit de séjour en Centrafrique, siège de l’institution.

Le communiqué final de la rencontre indique par ailleurs que la présidence de la Commission de surveillance des marchés financiers (COSUMAF) a été confiée à la Guinée Equatoriale, alors que la direction générale de la compagnie aérienne Air CEMAC a été attribuée à la Centrafrique.

Lire la suite...