L'Union africaine cherche un nouveau médiateur pour dénouer la crise ivoirienne

L'Union africaine va tenter de trouver un autre médiateur pour la Côte d'Ivoire,
Alassane Ouattara ayant refusé de reconnaître le haut représentant nommé le 27 mars, José Brito, ex-ministre cap-verdien des Affaires étrangères. Alassane Ouattara, président reconnu par la communauté internationale, lui reproche ses relations personnelles avec Laurent Gbagbo, le chef de l'Etat sortant.


L'ex-ministre cap-verdien, José Brito a pris acte de la décision d'Alassane Ouattara et avec l'Union africaine, il tente désormais de trouver un nouveau médiateur afin de mettre un terme à la crise ivoirienne :
José Brito : « Suite au communiqué de l’Union africaine, nous avons eu également un autre communiqué du président Ouattara en disant qu’il n’acceptait pas cette proposition. Par conséquent, nous attendons maintenant les discussions pour savoir s’il est possible de trouver un médiateur qui bénéficie de l’accord des deux parties. De notre côté, pour pouvoir accepter, nous devons être effectivement un élément de confiance ».
Dans un communiqué, le camp Ouattara exprime sa surprise sur ce choix, compte tenu, « des relations personnelles et de ses accointances politiques connues de tous avec le président sortant Laurent, Gabgbo ». La présidence Ouattara regrette vivement de n'avoir été, affirme-t-elle,  ni consultée ni approchée quant au choix de l'UA. En conséquence, poursuit le communiqué, « la présidence de la république de Côte d'Ivoire récuse monsieur José Brito en qualité de haut représentant de l'UA pour la Côte d'Ivoire ».

L'Union africaine a désigné ce haut représentant avec pour mission d'entreprendre des négociations entre les deux parties Gbagbo et Ouattara pour mettre en place un processus de fin de crise politique.
L'UA qui reconnait Alassane Ouattara comme président légitime lui demande de mettre en place un gouvernement d'ouverture et d'aider à trouver une sortie honorable pour son rival. Mais dans le camp Ouattara, on continue à demander le départ du président sortant.
Laurent Gabgbo, pour sa part, avait pris acte des propositions de dialogue de l'UA et attendait la venue du haut représentant.

De amadou lamine Diouf MAP(Sénégal).