Africa Libré

L'autre actualité africaine

Sun11192017

Last update06:17:28 AM GMT

Back Politique Egypte "Cette fois-ci, nous n'allons laisser à personne notre révolution".

"Cette fois-ci, nous n'allons laisser à personne notre révolution".

  • PDF

Deux candidats à la présidentielle éliminés au premier tour, le nationaliste de gauche Hamdeen Sabbahi et l'islamiste modéré Abdel Moneim Aboul Foutouh, ont promis lundi soir la poursuite de "la révolution". Ils ont lancé leur appel devant des milliers de manifestants sur la place Tahrir au Caire.

Sabbahi et Aboul Foutouh sont arrivés ensemble sur la célèbre place où des manifestations se poursuivent depuis samedi pour protester contre le verdict jugé trop clément dans le procès contre l'ancien raïs Hosni Moubarak et plusieurs de ses proches, dont ses fils.

"Nous n'allons pas accepter (un 2e tour) des élections sans l'application de la loi interdisant" aux symboles de l'ancien régime de se lancer dans la course à la présidentielle, a lancé devant la foule Sabbahi, arrivé troisième au 1er tour de la présidentielle.

"Nous sommes unifiés, soyez témoin de notre unité, nous allons poursuivre main dans la main, et avec vous, notre révolution et nous annonçons la mise en place d'un conseil", a-t-il ajouté.

Le dernier Premier ministre de Hosni Moubarak, Ahmad Chafiq doit affronter le candidat des Frères musulmans Mohamed Morsi au deuxième tour de l'élection, prévu les 16 et 17 juin prochain.

Manifestation mardi

Aboul Foutouh, arrivé quatrième lors du premier tour, a affirmé aussi que "la révolution va se poursuivre", répétant avec les manifestants leur slogan "cette fois-ci, nous n'allons laisser à personne notre révolution".

Les jeunes militants égyptiens, qui avaient lancé la révolte à l'origine de la chute de Hosni Moubarak en février 2011, estiment qu'ils ont commis une grave erreur ce jour-là en quittant la place Tahrir et en acceptant que l'armée dirige le pays durant une période transitoire.

Les formations pro-démocratie dont le Mouvement du 6-Avril, la coalition des jeunes de la révolution et l'Union des jeunes de Maspero ont appelé à des manifestations de masse mardi à partir de 17 heures

A moins de deux semaines du vote, un mouvement de boycott gagne du terrain, avec notamment le soutien des acteurs Khaled el-Sawy et Amr Waked. Les manifestants de Tahrir proposent pour leur part un conseil présidentiel, une idée vite rejetée par M. Chafiq et que M. Morsi n'acceptera probablement pas.