Africa Libré

L'autre actualité africaine

Sat09232017

Last update06:17:28 AM GMT

Back Politique Sénégal Sénégal : législatives de juillet, les plus disputées de l’histoire du pays

Sénégal : législatives de juillet, les plus disputées de l’histoire du pays

  • PDF

Les élections législatives du 1er juillet prochain, dont la campagne a été ouverte ce dimanche, sont parties pour être la plus disputées de l’histoire politique du Sénégal, selon les analystes politiques.

Après l’élection présidentielle de février-mars derniers remportées par l’opposant Macky Sall, 24 listes sont lancées dans la course pour briguer les 150 sièges l’Assemblée nationale. Un record dans l’histoire politique du Sénégal. En 2007, 14 listes s’étaient présentées.

Un autre record a été aussi enregistré avec quelque 7 200 candidats investis par les 24 partis et coalitions de partis.

Au Sénégal, les élections législatives sont mixtes puisque combinant le scrutin majoritaire à un tour au niveau départemental et le scrutin proportionnel qui s’applique sur la liste nationale.

Dans chaque département, le parti ou la coalition de partis qui arrive en tête rafle la mise.

En ce qui concerne les listes nationales, le mode proportionnel est appliqué.

Les suffrages exprimés au niveau départemental sont compilés pour déterminer les élus sur la liste nationale, selon le quotient électoral (nombre total de suffrages exprimés divisé par le nombre sièges à pourvoir).

Plus le quotient d’une liste est élevé, plus elle a de députés élus dans l’ordre de leur présence sur la liste nationale.

Sur les 150 sièges à pourvoir, 90 le seront sur les listes départementales et 60 sur la liste nationale.

La prochaine Assemblée nationale sera marquée par la présence massive des femmes avec l’entrée en vigueur de la loi sur la parité intégrale qui impose aux partis d’investir autant d’hommes que de femmes et de manière alternative sur les listes de candidature.

La coalition qui a porté le président sénégalais Macky Sall au pouvoir, “Benno Bokk Yakaar”, a été reconduite pour les législatives.

Elle compte en son sein les différents partis de l’ancienne opposition. Mais, des partis de moindre envergure se sont démarqués de cette coalition, pour se présenter seuls ou en coalition.

L’ambition de Benno Bokk Yakaar est remporté la majorité afin de pour permettre au président Sall de bien mener son programme.

Du côté de l’ancien parti au pouvoir, le Parti démocratique sénégalais (PDS), deux listes sont en lice. Il s’agit de la liste du PDS conduite par son coordonateur national Oumar Sarr, restée fidèle au président sortant Abdoulaye Wade, et celle de la coalition “Bokk Gis Gis”, formée par des dissidents et amenée par le président du Sénat Pape Diop.