Intervention étrangère : "C'est une décision souveraine" des autorités maliennes

L'intervention étrangère au Mali, avec l'engagement  des troupes nigérianes, sénégalaises et françaises aux côtés de l'armée malienne,  est une "décision souveraine" du Mali qui a lui-même demandé l'aide des puissances  amies, a affirmé samedi à l'APS le porte-parole du ministère des Affaires étrangères,  M. Amar Belani.

Interrogé sur cette intervention militaire, M. Belani a souligné qu'"il  faut surtout bien noter que c'est une décision souveraine du Mali", rappelant  que c'est ce dernier qui "a demandé l'aide de puissances amies pour renforcer  ses capacités nationales de lutte contre le terrorisme".

Des troupes nigérianes, sénégalaises et françaises sont engagées aux côtés de l'armée malienne qui a lancé vendredi une contre-offensive pour récupérer la localité de Konna (centre du Mali) prise la veille par les groupes armés. Pour soutenir cette contre-offensive contre les groupes terroristes, le Niger et le Burkina Faso a annoncé officiellement samedi le déploiement d'un bataillon de 500 hommes au Mali.  "Le président burkinabé Blaise Compaoré, médiateur dans la crise malienne  pour l'Afrique de l'Ouest et chef suprême des forces armées a donné des instructions  (...) en vue de préparer la participation du Burkina Faso à la force de la Mission  internationale de soutien au Mali (MISMA)", a annoncé devant la presse le ministre  des Affaires étrangères, Djibrill Bassolé.

Dans une déclaration, le porte-parole du MAE algérien a indiqué, rappelle-t-on,  que l'Algérie suit avec une "grande préoccupation" les derniers développements  intervenus dans ce pays.  "L'Algérie condamne avec la dernière énergie les incursions et les attaques  menées par les groupes terroristes dans la région de Mopti qu'elle considère  comme une nouvelle agression contre l'intégrité territoriale du Mali", a-t-il  affirmé.  Il a noté que l'Algérie "exprime son soutien non équivoque aux autorités maliennes de transition avec lesquelles le gouvernement algérien entretient  des relations de coopération multiforme, y compris dans le domaine militaire"  et "tient à assurer le peuple du Mali de sa fraternelle solidarité afin qu'il  puisse recouvrer sa pleine souveraineté sur toute l'étendue de son territoire  national".

Il a rappelé que l'Algérie "a fermement appelé les différents groupes  de la rébellion respectueux de l'intégrité territoriale du Mali et n'ayant aucun  lien avec le terrorisme à s'engager dans la recherche d'une solution politique".  "L'Algérie inscrit son action dans la continuité, la cohérence et la globalité de la résolution 2085 du Conseil de sécurité et dans le respect de  sa mise en oeuvre pour la prise en charge des dimensions politiques, humanitaires  et sécuritaires de la crise malienne", conclut-on de même source.