Africa Libré

L'autre actualité africaine

Mon11202017

Last update06:17:28 AM GMT

Back Politique

Politique

Patrick Mbeko : "La Françafrique d'aujourd'hui n'est qu'un segment de l'Americafrique"

  • PDF

GUERRE FRANCO-AMÉRICAINE AU RWANDA (court extrait du livre: LE CANADA DANS LES GUERRES EN AFRIQUE CENTRALE, 2012).

« L’offensive américaine contre la France ne sera d’aucun répit. Parallèlement aux grandes manœuvres françaises dans cette région où opèrent des espions américains disséminés dans les agences humanitaires de l’ONU, les Américains ont déployé un système de télécommunication très sophistiqué capable de surveiller toute l’Afrique centrale, y compris l’Afrique francophone ; un système destiné à récolter des renseignements, mais aussi à mener une guerre médiatique... à brouiller les communications et à interférer dans celles-ci.

Lire la suite...

14 pays africains forcés par la France à payer l'impôt colonial pour les avantages de l'esclavage et de la colonisation

  • PDF

Foccart & Houphouet-Boigny, les pères fondateurs de la françafrique

Le saviez-vous? Aujourd’hui encore, beaucoup de pays africains continuent de payer un impôt colonial en France, et ce malgré l’indépendance !

Lorsque Sékou Touré de Guinée décida en 1958 de sortir de l'empire colonial français, et opta alors pour l'indépendance du pays, l'élite coloniale française à Paris était s’est indignée, et dans un acte de fureur historique, demanda à son administration alors en place en Guinée de détruire, dans tout le pays, ce qui représentait, à leur yeux, les avantages de la colonisation française.

Lire la suite...

Pourquoi en France et au Rwanda, il existe des lois criminalisant le révisionnisme et/ou le négationnisme?

  • PDF

Dans les deux cas, lorsque l’on interroge rigoureusement l’Histoire, on découvre que parmi ceux qui passent bien souvent pour des victimes, certains ont été impliqués dans l’extermination de leurs congénères pour atteindre d’inavouables desseins.

En 1994, au Rwanda, le général Paul Kagame a exacerbé les haines en tuant systématiquement les hutus pour ensuite les pousser à s’en prendre aux tutsis; et dans certains cas, les cellules clandestines de son armée se sont carrément livrées aux massacres des tutsis que le FPR de Kagame attribuait généralement à ses adversaires hutus. Comme l’a si bien relevé un journaliste, « il est même arrivé à Kagame de massacrer tous les habitants d’une région et d’inviter ensuite la presse internationale, toujours naïve, à contempler des méfaits qu’il imputait à son adversaire. » C’est ce qui fait également dire au général Dallaire, dont la sympathie pour Kagame n’est plus à prouver, que « les morts rwandais peuvent aussi être attribués à Paul Kagame, ce génie militaire qui n’a pas accéléré sa campagne quand l’envergure du génocide fut manifeste et qui, en quelques occasions, m’a même entretenu avec candeur du prix que ses camarades tutsis auraient peut-être à payer pour la cause.» Et l’officier canadien d’ajouter : « Quand j’ai demandé à Kagame d’aller directement à Kigali pour arrêter les massacres des tutsis, il m’a répondu que s’il y avait un prix à payer, ce serait à ces tutsis de le payer! ».

Lire la suite...

Après le Kenya, 34 autres pays africains veulent quitter la CPI

  • PDF

L’Union Africaine organise un sommet spécial en octobre pour aborder un retrait en masse de la Cour Pénale Internationale, en signe de protestation envers les procès des dirigeants kényans. Une lettre envoyée par les dirigeants africains à la CPI explique que la présence du vice-président kényan William Ruto à son procès à La Haie allait désavantager le Kenya. L’Union Africaine avait déjà accusé la CPI de “chasser” des dirigeants africains et d’ignorer les atrocités commises ailleurs.

Lire la suite...

Ce qui s’est passé au Kenya est inadmissible

  • PDF

Des innocents ont été tués gratuitement. Nous avons tous condamné les milices islamistes Al-Shabâb (Shebab). Avec raison. Mais pour moi, les plus grands responsables de cette situation, ce sont les dirigeants africains. Nous n’en serions peut-être pas là si l’Union africaine avait pris ses responsabilités pour régler la crise somalienne. Quand la guerre civile a éclaté dans ce pays au début des années 1990, qu’a fait l’Union africaine (OUA à l’époque)? Agitation sans plus. Les USA sont intervenus dans le cadre de l’opération « Restore Hope », officiellement pour ramener la paix, alors qu’en réalité c’était pour contrôler le pays et ses ressources. Mais ils ont été défaits par les Somaliens qui ont préféré, un temps, mettre de côté leur division pour combattre les envahisseurs.

Lire la suite...

Procès de la CIP sur le Kenya: réunion de dirigeants africains

  • PDF

Addis Abeba (AFP)

Des dirigeants africains tiendront début octobre un sommet spécial consacré aux procès pour crimes contre l'humanité intentés par la Cour pénale internationale (CPI) contre les leaders kényans, selon un diplomate kényan.

Lire la suite...

Entretien avec Patrick Mbeko à propos de l’impérialisme canadien en Afrique

  • PDF

Patrick Mbeko est l’auteur de « Le Canada dans les guerres en Afrique centrale », paru en 2012 chez Le Nègre éditeur. Nous avons profité de son passage à Paris pour l’interviewer à propos de la Géopolitique en Afrique. Nous avons pu aborder les sujets suivants :

Lire la suite...

Mohamed Hassanine Haykal, cerveau du changement en Egypte

  • PDF

Mohamed Hassanine HaykalEn Egypte, les Américains et les occidentaux en général ont sous estimé le nationalisme arabe et surestimé l’islamisme. Le sauvetage de l’Egypte par le général Abdelfattah Al-Sissi n’était pas un coup de poker, ni une action improvisée. C’était une opération préparée, et pas seulement par les officiers égyptiens, ces dignes successeurs de Nasser. Quelques intellectuels, révolutionnaires et des stratèges y ont pris part en amont et en aval.

Parmi ces intellectuels, le plus illustres d’entre eux et même dans le monde arabe : Mohamed Hassanine Haykal. Les nouveaux officiers avaient besoin du diagnostic et de l’expertise de cet ancien conseiller de Nasser et fondateur d’Al-Ahram. Le général Abdelfattah Al-Sissi voulait d’abord savoir quelle serait la réaction des Etats-Unis d’Amérique en cas de neutralisation de leurs pions locaux, les Frères musulmans. Il ne pouvait pas trouver meilleur conseil qu’en la personne de Mohamed Hassanine Haykal, celui qui connait parfaitement les coulisses de la politique américaine et maitrise magistralement la géopolitique.

Lire la suite...